Organiser une cartopartie

Quelques conseils pour passer une belle journée collaborative...

image cartogignac.jpg (62.7kB)


Présentation


Commencer par une brève présentation d’OpenStreetMap :
  • montrer la carte locale sur OSM,
  • expliquer les intérêts de la mapping party,
  • ce qu’est une carte « libre »

Expliquer le déroulement de la séance.

image 20130525_133014.jpg (0.5MB)


Ne pas oublier de faire une copie de chaque zone pour comparer Avant et Après la séance


Matériel nécessaire


- Matériel de collecte :
  • Impressions des zones de travail (OSM exporter ou Walking-papers)
  • feuilles A3 ou A4
  • support cartonné
  • papier/crayon (attention humidité)
  • GPS/smartphone

ATTENTION à bien vérifier l'état des batteries avant de partir !

- Matériel de saisie :

Si possible : appareil photo pour compléter les informations et recaler certaines données.

Création des groupes


Diviser le nombre de participants en autant de sous-groupes que l’on a de GPS.

Deux types de groupes :
  • Terrain (récolte des données)
  • Technicien (rentrer les données)

Deux types de départs envisageables :
  • thématiques (croix, charbonnières, arbres remarquables...)
  • géographiques (un lieu qu'ils affectionnent ou veulent découvrir)

image 20130525_141526.jpg (1.1MB)


Rappel :
  • les consignes de sécurité sur le terrain
  • le respect des riverains et des propriétés privés
  • les horaires si vous avez fixé un temps pour le retour (préférable)

Collecte de terrain


Les relevés :

  • Choisir une zone test devant le lieu de départ pour une démonstration

  • Les règles de relevés
    • ne pas se limiter sur les éléments à taguer
    • noter un maximum d'informations sur chaque point.
    • Soyez modestes ! Il faut environ 2 heures pour rentrer une trentaine de points d’intérêt. Il vaut donc mieux cibler une zone restreinte pour débuter.

* Conseil : notre mémoire a ses limites... surtout géographiques !

image louisjuliencartopartie1.jpg (43.6kB)


Départ terrain

Les groupes partent sur le terrain avec leur GPS et une carte papier de la zone, qu’ils pourront annoter.

Si possible, mettre une personne qui a déjà contribué dans chaque groupe.

Organisation pratique
  • Imprimez des cartes de la zone à « mapper » afin de pouvoir les remettre à chaque groupe. (Walking-papers)
  • Vérification le niveau d’encre de votre imprimante ? N’oubliez pas que vous aurez besoin d’imprimer des cartes pour chacun des participants/groupe...
  • Pensez à prévoir une collation pour accueillir les participants lorsqu’ils reviendront (notamment, boissons chaudes si votre "mapping party" se déroule l’hiver).

De retour une pause café s’impose !


C’est aussi l’occasion de faire le point sur les difficultés rencontrées.

image pause_cafe.jpg (0.2MB)


Contribuer à OSM


image P1010040.jpg (50.7kB)


Il faut maintenant exporter les traces GPS sur le site OpenStreetMap.
A ce stade, l’animateur peut « prendre la main » si cette étape semble trop compliquée aux participants.

  • Exporter les traces à partir du GPS en format .gpx

  • Utiliser JOSM pour ajouter des points d’intérêt, créer des rues et les nommer

  • Utiliser les Map features pour apprendre à taguer les points (map features).

Prévoir un temps retour en fin de cartopartie :
  • quel est le résultat obtenu ?
  • Quelles zones restent à couvrir ?
  • Imprimer la carte avant et après est un bon outil d’évaluation du travail accompli.

Prévoir une restitution conviviale autour d'un pot de l'amitié"

Pendant ce temps on projette les données en réactualisant régulièrement.

Il est également possible de morceler la cartopartie sur deux ateliers :
  • 1er atelier : recueil des traces GPS sur le terrain et export des données sur OSM
  • 2nd atelier : exploitation des données avec JOSM.
On parle de « mapping party » sur des durées d’une journée à plusieurs jours. Pour une durée de 2 heures à une demie- journée, il s’agit en fait d’une « micro mapping party ».