Sommaire des fiches pédagogiques

Découvrir la veille informationnelle numérique collaborative


Objectifs


  • Mettre en œuvre des stratégies pour aborder le flux permanent d'informations numériques
  • Mémoriser ses sources d'informations de manière collective


Un contexte

De l'information en voulez-vous, en voila....
  • l'information a toujours été abondante
  • Internet nous confronte à cette abondance
  • un seul cerveau ne peut prétendre à embrasser la totalité des informations sur un sujet
De bonnes nouvelles :
  • grâce à la profusion de l'information sur internet
    • on a accès au savoir
    • le numérique expose à divers points de vue, manières de traiter un sujet
    • on peut élargir sa recherche vers des sujets connexes
Des effets de bords...
  • Infobésité : trop d'informations à traiter, pas assez de temps ou d'esprit pour tout traiter
  • La sérendipité : ne pas trouver ce que l'on cherche, trouver ce que l'on ne cherche pas
  • le problème du temps : s'informer devient chronophage

La notion de veille : définitions & usages

Définitions

Plusieurs types de veilles, plusieurs approches :
  • État du corps de l’homme ou de l’animal, dans lequel les sens sont en action. (Militaire) Sentinelle, garde qui se fait pendant la nuit. D'après http://fr.wiktionary.org/wiki/veille
  • Une veille informationnelle est l’ensemble des stratégies mises en place pour rester informé, en y consacrant le moins de temps possible et en utilisant des processus de signalement automatisés. (Lardy J.-P., Urfist de Lyon)

Usages

Cadre général
  • collecter, sélectionner & organiser l'information sur une (des) thématique(s)
Animation de réseau, de projets collaboratifs
  • Suivre les activité des acteurs d'un réseau, d'un projet

Diverses stratégies à mettre en œuvre

La question du temps et de l'exposition à l'information

  • quels sont nos besoins en terme de veille ?
  • combien de temps consacrons-nous à cette activité ?
  • à quel moment effectuons-nous cette veille ?
  • peux-t'on s'organiser collectivement pour effectuer cette veille ?
  • Comment pouvons-nous sortir du flux d'information ?

Quelle sont les méthodes pour accéder à l'information dans le monde numérique ?

La méthode traditionnelle (on se rend vers l'information)

  • Dans le monde physique : on se rend à la bibliothèque
  • Dans le monde numérique : on se rend sur un site web

image pull.jpg (0.1MB)

  • permet de rentrer dans l'abondance des informations proposées par chaque source (on navigue dedans...)

  • prend du temps : il faut aller là ou se trouver l'information, c'est à dire vers les x sources d'informations

La méthode du pêcheur (on pousse l'information vers soi, dans ses filets...)



  • permet de gagner du temps : en un endroit on visualise les dernières informations publiées par les x sources

  • prend tout de même du temps : regarder ce que l'on a pris dans ses filets ...
  • ne donne à voir que les derniers ajouts d'information. Pas la totalité des sources..


Depuis internet

image AbondanceResultats.png (7.3kB)
De bonnes nouvelles :

  • profusion de l'information
    • possibilité de croiser les informations sur un sujet, les points de vues, ...
    • élargir sa recherche vers des sujets connexes

Des effets de bords...

  • Infobésité : trop d'information à traiter, pas assez de temps ou d'esprit pour tout traiter
  • La sérendipité : ne pas trouver ce que l'on cherche, trouver ce que l'on ne cherche pas

Des solutions aux effets de bord ?


  • L’automatisation ou comment demander aux machines de faire à notre place
  • La collaboration ou comment les individus s'entraident les uns les autres

Automatisation

Un outil fondamental pour pêcher l'information : la syndication Rss

image rss.png (6.4kB)
Le Flux Rss : "Un produit RSS est une ressource du World Wide Web dont le contenu est produit automatiquement (sauf cas exceptionnels) en fonction des mises à jour d’un site Web. Les flux RSS sont des fichiers XML qui sont souvent utilisés par les sites d'actualité et les blogs pour présenter les titres des dernières informations consultables en ligne" D'après http://fr.wikipedia.org/wiki/RSS


Ex : http://www.a-brest.net/spip.php?page=backend
  • C'est de la méthode Push
  • Il est possible d'afficher un flux sur :
    • son navigateur internet (Firefox, Chrome, ...)
    • logiciels de Courriel (Thunderbird, ...)
  • Agrégateurs de flux : logiciels, pour navigateurs internet, solutions en ligne

Des outils spécifiques pour lire/afficher des flux Rss

Des outils dits, agrégateurs de flux Rss permettent à un endroit, de visualiser un ensemble de flux. Sur une page, en un coup d’œil transversal on peut voir l'ensemble des dernières modifications sur plusieurs sites.

De l'intérêt d'ouvrir son espace de veille

Ces outils/services permettent souvent d'ouvrir l'espace de veille réalisé vers l’extérieur, donc de partager son outil de veille.
  • je partage pour partager (cela ne me coûte rien, si en plus cela sert à d'autre... )
  • je montre que j'ai une activité de veille, j'accrois ma réputation dans le domaine
  • je rends l'information disponible pour un projet, un réseau...
  • je rends les acteurs du réseau conscient du réseau lui-même (en affichant l'activité des membres)

Du flux d'information à sa mémorisation (sociale)


L'automatisation permet de centraliser des flux d'informations, qui bougent en permanence et se réfèrent aux derniers ajouts dans les différentes sources. Elle ne permet pas de sélectionner une information donnée (un article par exemple) pour la mémoriser en vue de pouvoir y revenir après.

Les marques pages (bookmarks en anglais) permettant de mémoriser des liens répondent à cette fonction. Les navigateurs internet disposent de cette fonctionnalité. Les marques pages sont alors personnels et uniquement disponibles sur un ordinateur donné.

Des outils permettent de sauvegarder des marques pages de manières sociale (social bookmarking), en les partageant au sein d'une communauté d'individus, de manière publique ou privée. Une sorte de "pot commun" d'adresses web...

Je partage avec le groupe, le groupe partage avec moi

Pour découvrir les marques-pages partagés
Pour en savoir plus allez à la page suivante

Pour apprendre à bien se servir d'un moteur de recherche
Rendez-vous à la page suivante

Des outils à découvrir


Netvibes

image netvibes_picto.jpg (8.3kB)

Netvibes (prononcé [nǝtvaibz]) est un portail Web français personnalisable, représentatif de ce qu'on appelle le Web 2.0. Il a été lancé le 15 septembre 2005 par une startup du même nom basée à Paris et à Londres et fondée par les Français Tariq Krim et Florent Frémont. Netvibes appartient depuis début 2012 au groupe Dassault Systèmes.
Netvibes offre à ses utilisateurs un site web personnel constitué par des pages onglets. Ce site est, à toute fin pratique, un portail web individuel qui donne accès à une multitude de services. Chaque service se présente comme un bloc.
D'après http://fr.wikipedia.org/wiki/Netvibes


Exemples :

Application logicielle libre, à installer sur un serveur

La collaboration

Si je ne peux tout traiter moi même, pourquoi ne pas essayer de "jouer collectif" et trouver une convergence d'intérêts avec d'autres personnes ?

  • Les réseaux sociaux permettent :
    • de filtrer les sources d'information
    • "d'éditorialiser" les contenus

Une stratégie à mettre en place


1. définir les sujets, les besoins
2. identifier les sources
3. collecter
4. analyser et traiter l’information
5. diffuser le résultat

Faire des choix, trier, hiérarchiser


La situation du documentaliste


La curation de contenu
La curation de contenu (de l'anglais content curation ou data curation) est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné. La curation est utilisée et revendiquée par des sites qui souhaitent donner une plus grande visibilité et une meilleure lisibilité à des contenus (textes, documents, images, vidéos, sons…) qu'ils jugent utiles aux internautes et dont le partage peut les aider ou les intéresser.
D'après http://fr.wikipedia.org/wiki/Curation_de_contenu

Les outils


notes : pour tous les outils qui vont suivre (bien qu'à différent niveaux), il faut tenir compte de la pérennité du service gratuit...

Être alerté sur sa boite de courriel


Google alertes


Collecter rediffuser de l'information (orientée actualité, mais pas que...)

Twitter

image twitterlogo.png (4.5kB)
Twitter (NYSE : TWTR) est un outil de microblogage géré par l'entreprise Twitter Inc. Il permet à un utilisateur d’envoyer gratuitement de brefs messages, appelés tweets (« gazouillis »), sur internet, par messagerie instantanée ou par SMS. Ces messages sont limités à 140 caractères. D'après http://fr.wikipedia.org/wiki/Twitter


  • 2.3 Millions de comptes en France
  • des tweets (gazouillis) : des messages de 140 caractères (système de réduction d'url http://tinyurl.com)
  • des abonnés
  • des abonnements
  • des hashtags (mot dièse ou mot clic) : filtrer sur des sujets #Hollande, #coopération
  • des suggestions de comptes
  • des tendances
  • des messages envoyés publiquement à des comptes : @ CompteMachinchose
    • des discussions qui s'instaurent
    • un profil et un compte modifiable
  • une syntaxe plus large : http://leszed.ed-productions.com/twitter-mode-d-emploi-rt-oh-ht
  • des connexion avec d’autres réseaux sociaux :  ScooptIt, Facebook, ...
  • possibilité d'afficher ses tweets sur son site

Scoop It

image ScoopItLogo.png (2.8kB)
Scoop.it une plateforme en ligne de curation de contenu proposant à ses utilisateurs de faire leur propre veille et de partager celle-ci avec d’autres utilisateurs. (...) Depuis 2011, 75 millions78 de personnes auraient visité Scoop.it et le site totalise 6 millions de visiteurs uniques mensuels. D'après http://http://fr.wikipedia.org/wiki/Scoop.it

  • 7 millions d'utilisateurs
  • possibilité d'afficher ses "Scoop" sur son site

Bookmarking social : Mémoriser et partager ses liens internet

Pearltrees

image logoPearltrees011.jpg (35.1kB)
L'originalité de Pearltrees tient en son interface visuelle proche des « mind-maps » (ou cartes heuristiques) permettant aux utilisateurs d'organiser et de partager liens, notes et images. Suivant la logique du content curation (faire ressortir le meilleur contenu du web) Pearltrees fait à la fois office d'agrégateur de contenu, mais aussi de moteur de recherche communautaire. D'après http://fr.wikipedia.org/wiki/Pearltrees


  • une représentation graphique (sous forme de perles)
  • un plugin pour Firefox permet de rajouter dans la barre d'outil des boutons pour intégrer des perles rapidement
  • possibilité d'afficher ses perles sur son site

Delicious

image logo_delicious.jpeg (6.2kB)
Delicious (aussi connu sous son ancien nom, del.icio.us) est un site web social permettant de sauvegarder et de partager ses marque-pages Internet et de les classer selon le principe de folksonomie par des mots clés (ou tags). Il fut créé fin 2003 par Joshua Schachter dans le but originel de sauvegarder ses marque-pages personnels. D'après http://fr.wikipedia.org/wiki/Delicious

Pinterest

image logo_pinterest.jpeg (8.4kB)
Pinterest est un site web américain mélangeant les concepts de réseautage social et de partage de photographies, lancé en 2010 par Paul Sciarra, Evan Sharp et Ben Silbermann. Il permet à ses utilisateurs de partager leurs centres d'intérêt, passions, hobbies, à travers des albums de photographies glanées sur l'Internet. Le nom du site est un mot-valise des mots anglais pin et interest signifiant respectivement « épingler » et « intérêt ».
D'après http://fr.wikipedia.org/wiki/Pinterest


Veille documentaire sur des documents pédagogiques, de conférences...



Des licences sur les contenus adaptés permettant d'office leur ré-utilisation


Creative Commons

image cclogo.jpg (33.3kB)
Creative Commons propose gratuitement six licences qui permettent aux titulaires de droits d’auteur de mettre leurs œuvres à disposition du public à des conditions prédéfinies. Les licences Creative Commons viennent en complément du droit applicable, elles ne se substituent pas au droit d’auteur. Simples à utiliser et intégrées dans les standards du web, ces autorisations non exclusives permettent aux titulaires de droits d’autoriser le public à effectuer certaines utilisations, tout en ayant la possibilité de réserver les exploitations commerciales, les œuvres dérivées et les conditions de redistribution.
D'après http://creativecommons.fr


Ressources externes